Vous désirez en savoir plus ? Cliquez sur notre page contact

Nous avons le plaisir de vous présenter les détails concernant la formation de base à la pratique du conte.

Votre formateur vous accueillera les samedis 11 septembre 2021 / 18 septembre 2021 (date à choix) à 09H00 au Centre le Phénix, pour la journée d’introduction. Lors de cette rencontre, nous ferons connaissance, et nous vous commenterons les buts et méthodes de cette formation. Vous découvrirez déjà quelques spécificités de l’oralité et du répertoire, et vous aurez l’occasion de pratiquer quelques exercices typiques.

C’est à l’issue de cette rencontre que vous pourrez confirmer votre inscription pour le cours complet de deux années.

Cette journée d’introduction est ouverte à tous. Cependant le nombre de participants au cycle complet de deux années de formation est limité à 10 personnes. La priorité sera fixée selon l’ordre du paiement de CHF 150.- de l’inscription à la journée d’introduction.

Horaire : 09H00 à 12H00 ; 13H00 à 15H30 (possibilité de pique-niquer sur place à midi)

Lieu : Centre le Phénix, Rue des Alpes 7, 1700 Fribourg.

Inscription : à contacter par Email : contact@contemuse.ch

Description générale

Le savoir-faire du conteur est aussi un savoir être, nous explorerons donc notre matière de manière active et participative : démonstrations, simulation, jeu de rôle, jeux de parole et d’imaginaire, étude de cas, exercices de recherche ; mais aussi discussions et débats, courts exposés.

Le contenu des neuf ateliers (présenté plus bas) est organisé selon une progression… qui pourrait très bien être différente ! Comme lorsqu’on veut entrer dans un labyrinthe, il y a de nombreux accès, ainsi cette matière pourrait être organisée selon une autre logique. Mais si l’on veut explorer le labyrinthe, il faut bien entrer à quelque part, nous avons donc opté pour le triple motif STRUCTURES – IMAGES – LANGAGES :

  1. dégager la structure du conte permet d’en mieux saisir les enjeux, et quitter l’écrit pour entrer déjà dans l’oralité ;
  2. découvrir les images que l’on porte, les sensations que le conte suscite, les détailler ; explorer les autres sens mis à contribution (odorat, toucher, ouïe, goût, kinesthésique) ; cette démarche va donner au conte la consistance d’un souvenir, attaché à l’identité du conteur qui fait sienne cette histoire ;
  3. les langages enfin, ultime phase de l’appropriation du conte, après le travail des sensations/images ; entrent en jeu ici non seulement l’articulation et le choix des expressions verbales, mais aussi le rythme, la gestuelle, expression faciale, posture, bref tout le non-verbal. Mais on peut aussi y inclure le langage scénique (costume, déplacements, décor), ainsi que la musicalité (de l’expression orale jusqu’aux instruments de musique).